accueil votre espace espace particulers espace hôpitaux, entreprise, associations étudiant universités
Exemples : Alzeihmer, don d’organes, insémination artificielle etc.

Espace Bioéthique Aquitain

Tél. : 05 56 92 13 61

Accueil du site > Histoire et Définitions > Histoire > Serment de Genève (AMM)

Serment de Genève (AMM)

mardi 5 octobre 2010, par Jacques Faucher

Serment de Genève (AMM)
Genève Septembre 1948 Londres Octobre 1949 Sydney Août 1968 Venise Octobre 1983
Au moment d’être admis au nombre des membres de la Profession Médicale :
Je prends l’engagement solennel de consacrer ma vie au service de l’humanité.
Je garderai à mes maîtres le respect et la reconnaissance qui leur sont dûs.
J’exercerai mon art avec conscience et dignité.
Je considèrerai la santé de mon patient comme mon premier souci.
Je respecterai le secret de celui qui se sera confié à moi.

Je maintiendrai, dans toute la mesure de mes moyens, l’honneur et les nobles traditions de la profession médicale.
Mes collègues seront mes frères. Je ne permettrai pas que des considérations de religion, de nation, de race, de parti ou de classe sociale viennent s’interposer entre mon devoir et mon patient.
Je garderai le respect absolu de la vie humaine dès la conception.
Même sous la menace je n’admettrai pas de faire usage de mes connaissances médicales contre les lois de l’humanité.
Je fais ces promesses solennellement, librement, sur l’honneur.

Au moment d’être admis au nombre des membres de la Profession Médicale :
Je prends l’engagement solennel de consacrer ma vie au service de la vie humaine.
Je garderai à mes maîtres le respect et la reconnaissance qui leur sont dûs.
J’exercerai mon art avec conscience et dignité.
Je considèrerai la santé de mon patient comme mon premier souci.
Je respecterai le secret de celui qui se sera confié à moi.
Je maintiendrai, dans toute la mesure de mes moyens, l’honneur et les nobles traditions de la profession médicale.
Mes collègues seront mes frères.
Je ne permettrai pas que des considérations de religion, de nation, de race, de parti ou de classe sociale viennent s’interposer entre mon devoir et mon patient.
Je garderai le respect absolu de la vie humaine dès la conception.
Même sous la menace, je n’admettrai pas de faire usage de mes connaissances médicales contre les lois de l’humanité.
Je fais ces promesses solennellement, librement, sur l’honneur.
AU MOMENT D’ETRE ADMIS [1] AU NOMBRE DES MEMBRES DE LA PROFESSION MEDICALE :
JE PRENDS L’ENGAGEMENT SOLENNEL de consacrer ma vie au service de l’humanité.
JE GARDERAI à mes maîtres le respect et la reconnaissance qui leur sont dûs.
J’EXERCERAI mon art avec conscience et dignité.
JE CONSIDERERAI la santé de mon patient comme mon premier souci.
JE RESPECTERAI le secret de celui qui se sera confié à moi, même après la mort du patient.
JE MAINTIENDRAI, dans toute la mesure de mes moyens, l’honneur et les nobles traditions de la profession médicale.
MES COLLEGUES seront mes frères.
JE NE PERMETTRAI PAS que des considérations de religion, de nation, de race, de parti ou de classe sociale viennent s’interposer entre mon devoir et mon patient.
JE GARDERAI le respect absolu de la vie humaine dès la conception, même sous la menace, je n’admettrai pas de faire usage de mes connaissances médicales contre les lois de l’humanité. Je fais ces promesses solennellement, librement, sur l’honneur.
AU MOMENT D’ETRE ADMIS AU NOMBRE DES MEMBRES DE LA PROFESSION MEDICALE :
JE PRENDS L’ENGAGEMENT SOLENNEL de consacrer ma vie au service de l’humanité.
JE GARDERAI pour mes maîtres le respect et la reconnaissance qui leur sont dûs.
J’EXERCERAI mon art avec conscience et dignité.
JE CONSIDERERAI la santé de mon patient comme mon premier souci.
JE RESPECTERAI le secret de celui qui se sera confié à moi, même après la mort du patient.
JE MAINTIENDRAI, dans toute la mesure de mes moyens, l’honneur et les nobles traditions de la profession médicale.
MES COLLEGUES seront mes frères. JE NE PERMETTRAI PAS que des considérations de religion, de nation, de race, de parti ou de classe sociale viennent s’interposer entre mon devoir et mon patient.
JE GARDERAI le respect absolu de la vie humaine dès son commencement, même sous la menace et je n’utiliserai pas mes connaissances médicales contre les lois de l’humanité.
Je fais ces promesses solennellement, librement, sur l’honneur.

Notes

[1] Les majuscules apparaissent dans le texte de Sydney : nous les avons respectées. L’expression « même sous la menace » apparaît soulignée dans le texte de Sydney.

Enregistrer au format PDF Cet Article en pdf
envoyer l'article par mail envoyer par mail